Allan Maquis Pierre, 30 mars 44

P. Challan Belval p.52: "le 29 mars, le lieutenant Delaby m'attend à Aiguebelle. Il a pris contact avec le chef des vigiles de la région de Montélimar que je connais bien et monté avec lui un coup de main à la station de Chateauneuf du Rhône. Il a reconnu les lieux et une partie de son maquis est déjà à proximité. Nous partons à la tombée de la nuit avec un camion qui doit ramener de l'essence. Daniel (lieutenant Quinaud) m'accompagne. Nous ignorons qu'à cette heure la Gestapo s'est présentée chez notre ami le chef des vigiles.
A une heure du matin, nous tombons dans une embuscade montée par les SS en garnison à Viviers de l'autre côté du Rhône. Jimmy qui est en tête se dégage en balançant deux grenades sur une des mitrailleuses, tuant un adjudant des SS. Il se replie sur moi en m'annonçant que Daniel et le lieutenant Delaby ont été tués. Les balles traçantes de mitrailleuses nous prouvent qu'il n'est pas possible d'insister . Leurs raies lumineuses nous montrent aussi qu'un repli est possible entre le Rhône et la voie ferrée. J'engage mon détachement dans cette piste au moment où un train de permissionnaires allemands s'arrête sur les lieux de l'embuscade. Notre chemin de repli longe la voie en contrebas et pendant une centaine de mètres nous entendons les commandements gutturaux des sous officiers. Heureusement les occupants des wagons à moitié endormis sont longs à réagir. Je suis en serre file et ne me sens rassuré que lorsque je dépasse le dernier wagon. Le défilé de Donzère où nous sommes est étroit. Dès que nous le pouvons nous quittons le sentier pour rejoindre à travers champ , une zone plus calme. Il est trois heures du matin. Au petit jour nous atteignons le domaine de l'Argelas. D'un seul coup c'est la détente et tout le groupe s'effondre dans un sommeil réparateur".

-La Picirella- "A l'aube de ce 30 mars, quelques patriotes du 103 ème groupe FFI partent d'Allan à Chateauneuf pour récupérer de l'essence dans des Wagons. Ils se trouvent en présence d'un barrage ennemi. Les maquisards attaquèrent à la grenade.
La riposte fut rapide et le lieutenant Delaby fut tué. Le lieutenant Quinaud blessé au genou fut capturé avec l'un de ses hommes.
Les SS poursuivirent leur action jusqu'au camp des patriotes à la ferme d'Aubagne qu'ils attaquèrent à 9h 30. Deux maquisards furent tués, Louis Bied et Pierre Masson, les cinq autres se rendirent après 3 heures de combat et épuisement de leurs munitions. Une section du 103ème FFI de la ferme Nazareth venu leur porter secours fut arrétée par les mitrailleuses SS balayant la route".

A Chateauneuf du Rhône:
Marcel DELABY

A la ferme de l'Aubagne
Pierre MAçON de Montélimar
Daniel QUINAUD de Pons en Charente


Les prisonniers furent abattus 3/3 à Allan.
René BARRALON
Jean BRISSET

Paul GARRAUD
Louis VINCENT tous de Lyon
Louis BIED de Saint Etienne
George LEMAIRE d'Aulnay sous bois

André MARRON de Villeurbanne




Inauguration 11 novembre 2012
d'une stèle à la ferme de l'Aubagne



1 commentaire:

Christine Chaumeil a dit…

Témoignage de ma mère Marie-Joseph Bied Chaumeil, sœur de Louis Bied : « encerclés par les allemands, Louis Bied proposa de tenter une sortie, seule chance possible, il fut abattu mais son camarade blessé, fut soigné et caché par les trappistes" (Christine Chaumeil).

Qui sommes-nous?


francis.laurent@orange.fr ou F. Laurent 22 allée G Brassens 33600 Pessac
philippe.biolley605@orange.fr ou: Ph. Biolley Chemin des Eyrognettes 26770 Taulignan